Publié le 26 Juillet 2011

Article publié par Stéphane

 

Dès que l'on pratique assidûment les arts martiaux et que l'on s'intéresse à plusieurs disciplines, on constate que de nombreuses techniques se recoupent. En effet, bien que nous soyons tous différents, nous avons tous le même squelette, et il n'y a pas 36 façons de tordre un bras, de frapper ou d'étrangler...

 

Chaque art martial met cependant en oeuvre une stratégie qui lui est propre et s'est spécialisé au niveau technique. En effet, il faut bien avoir conscience du fait que chaque discipline a émergée dans un contexte socio-historique spécifique et que les techniques ont été sélectionnées par rapport à des besoins bien précis.

 

Fotolia 27241411 S

Le succès du MMA a redonné de l'importance au travail au sol...

Une stratégie à déconseiller en Self-Défense étant donné qu'on doit souvent faire face à plusieurs agresseurs, parfois armés !

 

Ainsi l'Aïki-jutsu, ancêtre de l'Aïkido, a été mis au point sur les champs de bataille du Japon féodal pour pouvoir neutraliser efficacement (et si possible définitivement) les guerriers ennemis si on retrouvait désarmé. Dans ce contexte, les frappes n'étaient pas primordiales (car inefficaces sur une armure) et il fallait généralement se défendre sur des attaques au sabre ou à la lance. Il y avait aussi des cas de figures où, bien qu'étant armé, le guerrier se retrouvait pris dans une distance trop courte pour utiliser son arme et devait donc entrer dans un système de lutte. C'est ce qui explique pourquoi on retrouve de nombreuses similitudes entre le travail à mains nues aujourd'hui en Aïkido et le maniement du sabre.

 

L'ancêtre du Judo était une forme de Jujitsu (terme générique) qui se pratiquait en armure (ce qui explique l'absence de frappes). Le Karaté est une version de Kung Fu qui s'est développé à Okinawa mais qui s'est "japonisée" du fait de sa situation à mi-chemin entre la Chine et le Japon. Comme l'occupant japonais interdisait aux autochtones le port d'armes, le travail des frappes à mains nues s'est considérablement développé, tout comme l'usage d'outils agraires (Kobudo).

Au Vietnam, les guerriers avaient développé des techniques pour combattre les envahisseurs du nord de l'Asie, essentiellement des cavaliers. Ils se cachaient dans une position surélevée et lorsque les cavaliers passaient, ils sautaient et les projetaient au sol en utilisant des techniques de ciseaux qui brisaient la nuque de leurs ennemis.

Plus récemment, le Krav Maga a été mis au point dans les guethos de Varsovie pour que les Juifs puissent se défendre contre les exactions qu'ils subissaient. Ce système a ensuite été enseigné à l'armée israëlienne lors de la création de l'Etat Hébreu et est devenu un système de close combat militaire. C'est ce qui explique qu'on trouve dans le cursus technique des techniques pour se défendre face à un agresseur armé d'un fusil mitrailleur....

... Et ainsi de suite, chaque discipline a une histoire qui explique ses choix techniques.

 

Des choix qui étaient pertinents à un instant précis de l'histoire martiale d'un pays... mais qui sont devenus parfois anachroniques ou inadaptés au contexte actuel. Je lisais récemment une interview d'un des pionniers du Karaté qui expliquaient que dans les années 50, un combat de rue ne se serait jamais fini au sol parce qu'il aurait trouvé déshonorant de frapper un adversaire à terre. Le temps ont bien changé !

 

02E11437

La boxe thaï a remis les coups de genoux et les coups de coudes au goût du jour...


Ainsi l'émergence du Karaté a remis les coups de pieds au goût du jour, la Boxe Thaï a banalisé les coudes de coudes et de genoux, le Freefight a rendu le travail au sol indispensable... Il faut donc prendre ces risques en considération pour développer des défenses spécifiques.

 

De plus, un certain nombre d'arts martiaux ont subsisté parce qu'ils ont continué à se transmettre en temps de paix (les Budo par exemple). La pratique s'est alors souvent constituée de formes codifiées (katas), mais a, du coup, perdu du lien avec la réalité martiale. Par la suite, la sportivisation des arts martiaux et l'organisation de compétitions ont imposés des choix de règles pour garantir la sécurité des combattants tout en assurant le spectacle et obtenir les bonnes grâces des autorités administratives. Ces choix ont aussi influés sur l'évolution des techniques. Par exemple en Karaté, le choix a été à une certaine époque de rendre les combats moins violents et de privilégier les techniques "spectacle" dans l'espoir de devenir sport olympique. Aujourd'hui face à la montée du MMA et l'intérêt des jeunes pour des disciplines pieds-poing avec plus de contact, les règles ont de nouveau été changées pour revenir à plus de "réalisme" dans les échanges et reconquérir des licenciés.


02C51148

La sportivisation des arts martiaux crée des comportements à risques dans un combat réel...

(absence de garde au visage dans certaines disciplines par exemple)

 

Ce que l'on constate, c'est qu'à long terme cette "sportivisation" a souvent tendance à appauvrir le panel technique d'une discipline. Certaines techniques sont abandonnées parce que pas assez rentables dans le contexte de la compétition (elles ne marquent pas assez de points par exemple), d'autres sont interdites parce que trop dangereuses... C'est ainsi que la pratique des arts martiaux sportifs devient parfois complètement inadaptée à un contexte non régulé (combat de rue).

 

Tout ceci pour expliquer qu'il n'y a pas d'arts martiaux meilleurs que d'autres ou plus efficaces. Tout dépend du contexte dans lequel on le pratique ! Il faut connaître l'histoire et l'évolution des disciplines pour avoir du recul sur les choix techniques qui ont été fait et leur pertinence par rapport à sa propre recherche.

 

 

ISS 1155 00079

L'utilisation de Katas permet une transmission précise du geste...

mais éloigne considérablement le pratiquant de la réalité martiale !

 

Dans le cadre spécifique de la Self-Défense chaque discipline peut avoir des applications efficaces mais il faudra souvent puiser dans le cursus technique de plusieurs arts pour avoir un ensemble de réponse à chaque situation possible. D'autant que la diversité des situations est grande : on peut avoir besoin de techniques de contrôles qui permettent de neutraliser un agresseur sans le blesser (infirmier en milieu psychiatrique, éducateur spécialisé...), on peut avoir aussi besoin de techniques pour neutraliser le plus efficacement possible plusieurs agresseurs armés qui peuvent être décidés à vous tuer...

Il faut également tenir compte du fait que les attentes et le cadre légal d'un public militaire sont différents de ceux d'un public policier ou d'un public civil. L'adaptation systématique de techniques militaires dans un cadre de Self-Défense est ainsi souvent en contradiction avec le cadre légal de la légitime défense dont dépendent les civils ! Les risques étant différents, les techniques se doivent de l'être aussi.

La pratique dans un contexte professionnel est forcément différente de la pratique dans un contexte civil qui sera moins "utilitaire" et où la notion de plaisir à l'entraînement sera plus importante.

 

02F01949

Les techniques les plus spectaculaires ne sont pas toujours les plus indiquées en Self-Défense !

 

Il n'y a donc pas de réponse unique en Self-Défense, il ne suffit pas de pratiquer une discipline martiale, d'être un super compétiteur, ou de s'entraîner à des techniques "militaires" pour être prêt dans une situation qui sera forcément différente et inattendue.

Le célèbre escrimeur japonais Miyamoto Musachi disait que ce qui est valable au Dojo n'est valable qu'au Dojo. Cela ne signifie pas que l'entraînement est inutile, au contraire, mais qu'il faut éviter d'être trop conditionné pour pouvoir s'adapter à toutes les situations. Je me souviens de l'histoire de ce prof de Karaté, qui, après avoir neutralisé un agresseur dans la rue, lui a machinalement rendu son couteau comme cela se fait au Dojo... et s'est fait poignardé.

La sécurité de l'entraînement est indispensable pour acquérir un certain vocabulaire technique et développer des réflexes, mais il faut toujours veiller à ne pas se laisser enfermer dans ce cadre parfois ronronnant. Il y a dans chaque discipline du bon à prendre, et des écueils dont il faut se défaire. A chacun de rester suffisamment curieux et vigilant pour faire le tri qui lui convient, selon sa propre recherche. 


 

Crédits photo : fotolia / Ingram Publishing

Voir les commentaires

Rédigé par self-defense-besancon.over-blog.com

Repost 0

Publié le 7 Juillet 2011

Article publié par Stéphane

 

A partir de septembre 2011, un cours de Self-Défense aura lieu une fois par mois à la MJC des Capucin, 18 rue de Salins à Pontarlier,  le samedi de 14h à 16h.

1 cours spécial de "découverte" de l'activité aura lieu le samedi 17 septembre de 14h à 15h. Ce cours "découverte" vous permet d'essayer l'activité sans aucun engagement !

 

D701569

De 15 à 75 ans, la Self-Défense répond aux attente de chacun !


Dates des cours (1er semestre) :

24 Septembre

 15 Octobre

19 Novembre

10 Décembre

14 Janvier

(dates du second semestre à venir)

 

L'objectif de ce cours est l'acquisition de techniques de Self-Défense simples et efficaces, applicables dans des situations réalistes. Ces techniques sont accessibles à tous les publics (hommes, femmes, ados, seniors...) sans nécessiter de condition physique particulière. 

 

D701586

 

Prévention, Gestion, Réaction... sont nos maître-mots parce que la Self-Défense ne se limite pas à l'apprentissage de techniques d'auto-défense ! Gestion du stress, utilisation de l'environnement, connaissance de la législation sont aussi au programme. 

 

Ce cours est accessible dès 15 ans.

Renseignement et inscriptions auprès de la MJC des Capucins :

http://www.mjcdescapucins.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par self-defense-besancon.over-blog.com

Repost 0

Publié le 6 Juillet 2011

Article publié par Stéphane

 

La "Self-Défense" se développe à Besançon ! En effet, le cours de la MJC de Palente est reporté et deux nouveaux cours auront lieu à la Maison de Velotte et aux Montboucons.

 

Le cours de la MJC de Palente est reporté le vendredi de 10h à 11h : "Self-Défense pour tous". 

Beaucoup de techniques issues des arts martiaux reposent sur la force, la rapidité, la souplesse et demandent beaucoup d'entraînement pour pouvoir être appliquées. Elles sont donc totalement inadaptées pour bien des pratiquants (femmes ou seniors par exemple) ! L'enseignement que nous dispensons repose sur des bases simples (prévention, esquive, blocage, frappe, utilisation des objets, de l'environnement...) et ne demande pas de qualités physiques particulières, il est donc accessible à tous ! 

(inscriptions auprès de la MJC : http://www.mjc-palente.fr/)

 

 

Selfpalente2Selfpalente3

Des techniques accessibles à tous !

 

Un second cours aura lieu à la Maison de Velotte (37 rue des Journaux) le lundi de 10h à 11h :" Self-Défense pour tous". Comme à Palente chacun pourra pratiquer en fonction de son niveau et de ses attentes, tout le monde pourra y trouver son compte (femmes, hommes, seniors...) !

 

Un autre cours aura lieu en soirée aux Montboucons dans la salle Emilie du Châtelet (35 chemin des Montboucons, entrée rue Arago) le mercredi de 20h15 à 21h45. Ce cours sera plus complet, intégrant aussi des techniques de clés, de projections et de contrôle. Mais là encore chacun pourra pratiquer en fonction de ses attentes par groupe de travail.

 

D701168

Situation d'encapuchonnage... il faut réagir immédiatement !


Nous proposons donc une offre complète à tous ceux qui souhaitent pratiquer une véritable méthode de Self-Défense, réaliste, efficace et accessible ! Notre club dispose d'enseignants Diplômés d'Etat en Arts Martiaux, titulaires du Brevet d'Etat d'Educateur Sportif et diplômés de l'Association Nationale de Self-Défense (ce sont les deux seuls instructeurs diplômés de Franche-Comté).

 

Le travail de l'ANSD repose en grande partie sur l'étude des techniques issues du Systema, du Combat Russe, du Krav-Maga, des boxes pieds-poings, du JKD ou du Kali. Nous intégrons aussi dans notre approche les techniques issues de l'Atemi-jujitsu et le concept d'Aïki-Défense (application des principes de l'Aïkido-Aïkijutsu en Self-défense). Les techniques sont sélectionnées pour leur efficacité et pour pouvoir être appliquées par tous.

 

Un cours d'essai est possible sur rendez-vous (certificat médical obligatoire).

 

Plus de renseignements sur : http://gonojukan.free.fr/Self-Defense.html


Voir les commentaires

Rédigé par self-defense-besancon.over-blog.com

Repost 0