Publié le 29 Avril 2014

Article publié par Stéphane

 

De nombreuses méthodes, se définissant comme de la Self-Défense, utilisent le principe du First Strike comme une base fondamentale de leur stratégie. Qu'est-ce que le "First Strike" ? C'est l'action de frapper le premier sans attendre que le ou les agresseurs potentiels ouvrent les hostilités.

 

Cette approche résout le principal problème de la Self-Défense : comme l'agresseur frappe le premier il a forcément un temps d'avance sur la victime. Temps d'avance qu'il est très ardu de rattraper quand on est dans situation de stress qui rend la prise de décision plus difficile et qui parasite les gestes appris à l'entraînement. Frapper le premier permet donc de faciliter la prise de décision et de prendre l'avantage sur l'agresseur !

 

Le seul Hic c'est que c'est illégal (tout du moins en France). En effet la notion de légitime défense ne s'applique pas dans cette situation puisque l'agression n'est pas réelle (c'est une supposition : "j'allais être agressé !"), et qu'il n'y a pas de proportionnalité (on n'est pas autorisé à frapper quelqu'un qui nous insulte par exemple). Dans ce type de situation, la légitime défense ne peut donc être retenue et la victime prétendue, en frappant préventivement un agresseur "supposé", inverse les rôles sur le plan légal et devient de fait l'agresseur (et sera condamné comme tel !).

 

La stratégie du First Strike est donc une poudre aux yeux, répandue par des enseignants qui ignorent le cadre légal ou qui mystifient leur élèves.

 

02B45001

N'oubliez pas que vous devrez forcément rendre des comptes à la justice. Si vous avez suréagit en frappant le premier, et grièvement blessé votre supposé agresseur, l'addition peut être lourde. Surtout que pour les témoins, vous serez l'agresseur...

 

Bien entendu, dans certaines situations très "tendues", si un faisceau de suppositions peut laisser penser que l'agression est imminente et que la seule façon de s'en sortir vivant est de frapper le premier, il faut y aller mais il faut alors être conscient des conséquences légales que cela aura.

Conditions d'application du First Strike (mais cela n'engage que moi) :

- supériorité numérique des agresseurs présumés,

- techniques de désamorçage inopérantes,

- langage corporel alarmant.

 

Si ces conditions sont réunies, je peux décider d'utiliser la stratégie du First Strike et en assumer les conséquences. Je peux également décider de frapper préventivement si un individu très menaçant met la main dans sa poche... si je peux craindre, avec raison, que la main en ressortira armée, je dois agir. Le First Strike me servira alors à prendre un léger avantage qui me permettra peut-être de fuir. Ce ne doit en aucun cas me permettre de m'acharner sans réelle raison sur un agresseur présumé.

 

On entend souvent dans le monde de la Self-Défense qu'il vaut mieux être jugé par 12 que porté par 6. Il y a effectivement des situations dans lesquelles ce raisonnement est viable mais cela ne doit pas devenir une stratégie par défaut, au risque de rapidement finir derrière les barreaux. N'oubliez qu'une agression a aussi des prolongements judiciaires. Si vous avez blessé vos agresseurs présumés, et que la légitime défense n'est pas retenue, votre vie en sera définitivement bouleversée... prison ferme ou avec sursis, versements d'indemnités pour dommages corporels, entre autres... vous regretterez longtemps d'avoir agi trop tôt ! 

 

En fin de compte, si on fait fi du cadre légal, pourquoi ne pas résoudre le problème de la protection personnelle en se promenant avec un molosse, une arme à feu, un couteau ou une matraque télescopique ? Au premier regard de travers on tranche une carotide ou on fracasse un crâne ! Enseigner des techniques de défense à mains nues n'a alors pas de sens.

 

Une Self-Défense réaliste se doit de ne pas entrenir les fantasmes de toute puissance des élèves, mais au contraire de les replacer dans un cadre réel dont la notion de légalité fait partie. C'est moins spectaculaire et sans doute moins vendeur mais c'est la réalité !

Voir les commentaires

Rédigé par self-defense-besancon.over-blog.com

Repost 0

Publié le 13 Avril 2014

Article publié par Stéphane

 

Petit retour en images sur le stage EFSD "Défenses contre armes blanches" du 23 février dernier à Besançon...

 

D60 5820

 

D60 5825

Deux agresseurs armés... dur, dur !

 

D60 5832

 

D60 5847

 

D60 5849

 

D60 5850

Comme toujours à l'EFSD on travaille avec le sourire et dans la bonne humeur !


D60 5851

 

D60 5867

 

D60 5883

 

D60 5892

 

D60 5911

La relève est assurée ! (méfiez-vous du doudou, il est lesté !)


D60 5914

 

D60 5920

 

D60 5936

L'objectif de ce stage était de travailler sur la diversité des armes blanches (hache, cutter, machette, couteau...) !


D60 5941

 

D60 5948

 

D60 5953

 

Un grand Merci à Guy Mennereau, Directeur Technique de l'Association Nationale de Self-Défense, dont l'enseignement ne cesse de nous inspirer et sans qui l'EFSD n'existerait pas !

Voir les commentaires

Rédigé par self-defense-besancon.over-blog.com

Repost 0

Publié le 11 Avril 2014

Article publié par Stéphane

 

Comme vous l'avez appris, le stage interclubs du 27 avril à Besançon a été annulé. L'objectif de ce stage était de réunir plusieurs instructeurs franc-comtois de Self-Défense, issus de disciplines diférentes, ainsi que leurs élèves. L'occasion d'un moment d'échange et de partage dans le monde trop souvent fragmenté et corporatiste des arts martiaux et de la Self-Défense.

 

Notre club a toujours promu un esprit d'ouverture vers les autres disciplines. Nous détenons tous un petit bout de la vérité et mettre nos connaisances en commun est bénéfique à chacun. Nous n'hésitons donc pas à inviter des instructeurs d'autres clubs, d'autre disciplines (Keysi, Combat Russe...). Nous n'avons rien d'autre à y gagner que le partage d'un moment d'étude.

 

Cela fait 8 ans que j'organise des stages pour le Gonojukan et l'Ecole Française de Self-Défense. Cela fait une quarantaine de stages organisés, une dizaine de techniciens et d'instructeurs reçus dans plusieurs disciplines. C'est la première fois que nous sommes contraints d'annuler un stage. La raison est totalement indépendante de notre volonté : Jean Carillo, créateur du Strike Combat System / C3 a interdit à Cyril Donet et Bertrand Strittmatter, toux deux instructeurs Strike Combat System / C3 de venir co-animer ce stage pourtant prévu et préparé depuis plus de 6 mois (même si c'est au titre du Commando Krav Maga que nous avions invité Bertrand). Les instructeurs Strike Combat System / C3 ne sont pas autorisés à diriger des stages en dehors de leur clubs. Je ne critique pas cette décision, en tant que créateur du C3 Jean Carillo a le droit de décider de sa diffusion. Il est juste déplorable que cette décision ait été prise à 15 jours du stage, ce qui ne me laisse pas le temps de leur trouver des remplaçants.

 

De plus, étant donné que nous communiquons depuis plusieurs mois sur le Commando Kav Maga et le Strike Combat, il ne serait pas honnête vis à vis des stagiaires de tout changer à la dernière minute. Nous avons donc préféré annuler ce stage plutôt que de trouver une solution bancale. Mais rassurez-vous, le programme de la sasion prochaine est déjà réglé... et il vous réserve de belles surprises !

 

Toutes mes excuses à Christophe Planche, de Lons-le-Saunier, qui avait gentiment accepté de venir animer la partie "Karaté défense" de ce stage.    

Voir les commentaires

Rédigé par self-defense-besancon.over-blog.com

Repost 0