Publié le 7 Mars 2013

Article publié par Stéphane

 

Guy Mennereau, Directeur Technique de l'ANSD (Association Nationale de Self-Défense), figure dans la rubrique "Guide du Pratiquant", du magazine de référence "Karaté Bushido" du mois de mars 2013. Un numéro à ne pas manquer !

 

GM-KB2

Karaté Bushido N°1303 - Mars 2013

 

Guy est un expert reconnu en Self-Défense, 6e Dan de Jujitsu, 5e Dan de Judo, professeur Diplômé d'Etat en Arts Martiaux, Instructeur en Combat Russe et Koroho. Il a pratiqué de nombreux arts martiaux et systèmes de Self-Défense (Karaté, Systema, Krav Maga, Kali...) et enseigne les arts mratiaux depuis 40 ans et la Self-Défense depuis 15 ans. Il a créée l'Association Nationale de Self-Défense en 2004 et a déjà formé de nombreux instructeurs. Basé à Rennes, le centre de formation de l'ANSD organise régulièrement stages et formations.

 

GM-KB3

Crédits photo : Karaté Bushido / D.R.

 

 

Contact ANSD : contact@france-self-defense.com

Site Web : http://france-self-defense.com

Voir les commentaires

Rédigé par self-defense-besancon.over-blog.com

Repost 0

Publié le 26 Février 2013

Article publié par Stéphane

 

Il existe trois motivations principales à une agression : Vol, Viol et Violence. La majeure partie des agressions sont motivées par l'appât du gain. On veut obtenir une carte bancaire, un blouson, une voiture... tout ce qui peut avoir de la valeur. Et avec la démocratisation des smartphones, des outils technologiques de valeur, faciles à revendre, les vols à l'arrachée se sont multipliés et un véritable trafic s'est organisé. 


Je conseille donc toujours à mes élèves d'éviter d'utiliser leur smartphone dans les lieux publics. C'est le meilleur moyen de devenir une cible en quelques secondes. On ne se méfie pas et d'un coup, un individu qui s'était approché discrètement, vous a arraché votre portable et est parti en courant !

 

 

 

Dans tous les cas, ne résistez pas, surtout si l'individu vous menace avec une arme. Généralement, si il n'y a pas de résistance, le voleur évitera de recourir à la violence (il veut éviter de se faire remarquer et de s'attarder). Mais toute tentative de résistance déclenche automatiquement une pluie de coups.

Evitez aussi de lui courir après... cela peut parfois très mal finir. C'est très frustrant mais il faut avoir conscience que résister peut vous coûter beaucoup plus cher que la valeur de votre smartphone (une dent ou un nez cassé, plusieurs jours d'interruption de travail, un coup de couteau... même si on a le dessus et qu'on récupère son bien on peut être condamné si on a blessé son agresseur).

La meilleure solution reste donc la prévention. Ne devenez pas une cible en sortant un objet de valeur dans un endroit inapproprié !

 

 

 

Alors à quoi bon apprendre à se défendre si on doit cèder à l'intimidation et à la violence ? Gardez à l'esprit que se défendre comporte toujours des risques (face à deux individus décidés, agressifs et armés même un entraînement régulier ne vous assure pas la réussite) et que même en cas de "victoire" vous pouvez être blessé. Une agression n'est pas un combat sportif, il n'y a pas de règles, pas d'arbitre et l'objectif d'un entraînement sérieux en Self-Défense est de rentrer entier chez soi, pas de flatter l'ego !

Cela ne signifie pas que l'entraînement est inutile : l'entraînement doit aussi vous aider à améliorer votre vigilance et votre connaissance des risques pour éviter ce genre de situations. Mais les techniques de défenses physique (combat) sont nécessaires dès que la violence devient inévitable !

Voir les commentaires

Rédigé par self-defense-besancon.over-blog.com

Repost 0

Publié le 14 Février 2013

Article publié par Stéphane

 

Ca y est, c'est confirmé ! Le premier stage de Keysi aura lieu à Besançon le samedi 27 et dimanche 28 avril 2013 à Besançon. C'est Yann Hardy, responsable national de KFM France, nommé par Justo Diegez (fondateur du Keysi), qui le dirigera.

 

keysi

 

C'est une occasion unique pour tous les passionnés d'arts martiaux et de Self-Défense de s'initier à cette nouvelle discipline. Réservez-vite votre place !

Horaires : samedi / 14h-16h30

Dimanche / 9h30-12h et 14h-16h30

Chaque demi-journée sera consacrée à un thème différent.

 

536789 435650469861458 1811381402 n

 

Tarif : 30 euros le cours / Stage complet 70 euros

(Tarif réduit pour les adhérents des clubs organisateurs, EFSD et Gonojukan, inscrits aux cours hebdomadaires : 20 euros le cours / Stage complet 50 euros)

 

Nombre de place limité : pré-inscription obligatoire avant le 24 avril. Contactez : franceselfdefense@free.fr ou appelez le 06 72 52 79 85.

 

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par self-defense-besancon.over-blog.com

Repost 0

Publié le 8 Février 2013

Article publié par Stéphane

 

Le prochain stage de Self-Défense de l'EFSD aura lieu le Dimanche 17 mars 2013 à Besançon de 10h à 12h30 et de 14h à 16h30. Il aura pour thème les défense contre les attaques armées.

 

Au programme : défenses contre couteau, défenses contre bâton, défenses contre pistolet et défenses contre chaîne. Ce stage est accessible aussi bien aux personnes qui s'initient à la Self-Défense qu'aux pratiquants confirmés, chacun travaillant à son niveau et à son rythme.


affichestageArmesB 

 

Pré-inscription obligatoire avant le 13 mars (aucune inscription sur place - nombre de places limitées). Contactez-nous par mail : franceselfdefense@free.fr ou appelez le 06 72 52 79 85. 

Tarif : 40 euros  - Adhérents Gonojukan, EFSD* : 30 euros - Moins de 18 ans : 20 euros (Stage accessible à partir de 15 ans).


Stage dirigé par des instructeurs Ceintures Noires, Diplômés d'Etat en Arts martiaux, instructeurs Self-Défense diplômés de l'Association Nationale de Self-Défense.

 

* Tarif réduit réservé aux adhérents inscrits aux cours hebdomadaires.

 

 


 

Voir les commentaires

Rédigé par self-defense-besancon.over-blog.com

Repost 0

Publié le 8 Février 2013

Article Publié par Stéphane

 

Le Gonojukan et l'EFSD organisent leur premier stage de Combat Russe à Besançon le 14 avril de 9h30 à 12h30. Il sera dirigé par Nicolas Dumont, instructeur formé en Russie par Vladimir Koudenkikh. Nicolas est l'un des 7 plus hauts gradés en Combat Russe en Europe, professeur titulaire du Brevet d'Etat en Judo Jujitsu, Champion de Franche-Comté en Judo. Nicolas enseigne au Club de Combat de Saint-Hippolyte.

 

Affiche stage Besac 14 avrilb

 

ATTENTION

Ce stage est réservé aux pratiquants d'arts martiaux (certificat médical obligatoire) - Pré-Inscription obligatoire avant le 10 avril (nombre de places limitées - aucune inscription sur place) : contactez le Gonojukan par mail : gonojukan@free.fr ou appelez le 06 72 52 79 85

Voir les commentaires

Rédigé par self-defense-besancon.over-blog.com

Repost 0

Publié le 15 Janvier 2013

Article publié par Stéphane

 

Retour en images sur le stage de Self-Défense féminine du 18 novembre à Besançon.

 

Ce stage nous a permis de traiter des problématiques d'agression qui touchent plus spécifiquement le public féminin : drageur un peu lourd qui vous prend par l'épaule ou le bras, gifle, prise des cheveux par l'arrière, tentative d'enlèvement, arrachage de sac, tentative de viol...

 

D60 1181

D60 1191

D60 1192

D60 1207

D60 1208

D60 1211

D60 1204

D60 1221

D60 1228

Voir les commentaires

Rédigé par self-defense-besancon.over-blog.com

Repost 0

Publié le 8 Janvier 2013

Article publié par Stéphane

 

La plupart des gens (ainsi que le législateur) ne sont pas initiés à la pratique de la Self-Défense, et ils pensent qu'un pistolet est une arme plus dangereuse qu'un couteau. Si on jouait à "pierre papier ciseau" avec un couteau et une arme de poing, le pistolet semble devoir gagner à tous les coups. Mais la réalité est différente.


Certes une arme à feu est plus "léthale" qu'un couteau dans le sens où elle permet de tuer ou de blesser à une distance plus grande, ce qui peut empêcher toute action défensive de la part de la victime. Le couteau nécessite lui une distance de combat rapproché plus risquée pour l'agresseur. C'est donc une arme qui impose de venir au contact de sa victime.


Cependant, tout comme avec une arme à feu, un seul coup de couteau peut entraîner la mort et toute personne qui s'entraîne régulièrement à la Self-Défense se rend vite compte que le couteau est une arme plus "fuyante", plus difficile à désarmer. Une fois que vous tenez le pistolet par le canon, tant que vous n'êtes plus dans l'axe de tir vous êtes en sécurité. Par contre il est difficile de désarmer un couteau bien aiguisé sans se couper, d'autant plus que certaines armes blanches comme les "griffes" sont quasiment impossibles à désarmer (bien sûr avec des armes d'entraînement suffisamment longues et bien épaisses pour utiliser l'effet de levier ainsi que des partenaires conciliants c'est toujours facile... mais ce n'est pas la réalité !).

 

Je vous présente aujourd'hui 2 vidéos pour replacer la confrontation de ces deux armes dans un contexte plus réaliste. La première vidéo est la démonstration d'une étude américaine qui a définit que à moins de 7 mètres un policier n'avait pas le temps de sortir son pistolet pour se défendre face à une attaque au couteau : 

 

 

 

La seconde vidéo est de Dan Inosanto, élève de Bruce Lee, fondateur de la Dan Inosanto Academy et expert en Escrima. Elle démontre bien que la gestion de la distance est primordiale est que là encore la victime, bien que mieux armée en théorie que son agresseur, n'a pas le temps de dégainer. On se rend aussi compte qu'il peut être préférable pour la victime, à distance rapprochée, de se défendre à mains nues plutôt que de tenter de sortir son arme à feu.    

 

 

C'est assez parlant ! De quoi bousculer certaines idées reçues.


Cela ne signifie pas qu'une arme à feu n'est pas dangereuse (au contraire) mais que l'arme blanche ne l'est pas moins ! Une agression à l'arme blanche doit être considérée comme une action extrêmement dangereuse et le pratiquant de Self-Défense (ou d'arts martiaux) doit donc rester lucide quant à ses capacités réelles de défense face à une arme aussi redoutable.

Voir les commentaires

Rédigé par self-defense-besancon.over-blog.com

Repost 0

Publié le 17 Décembre 2012

Article publié par Stéphane

 

Je ne vais pas présenter les Boxes pieds poings que tout le monde connaît : Full Contact (ou Boxe Américaine), Kick Boxing ou Muay Thaie. Ces disciplines ont été largement popularisées dans les années 90-2000 notamment grâce au succès du K1. Elles sont un peu éclipsées aujourd'hui par l'engouement général pour le MMA mais elles en constituent cependant l'un des deux axes majeurs avec le travail au sol.

 

La boxe est une excellente école pour l'apprentissage du combat rugueux. On prend des coups et on en donne. C'est donc extrêmement formateur en Self-Défense puisque cela permet de gérer le stress, d'apprendre à encaisser les coups et donc à moins craindre cette situation, de développer le "coup d'oeil" et bien sûr d'apprendre à frapper en enchaînant.

La pratique des boxes pieds poings est donc un passage quasiment incontournable pour tout instructeur sérieux de Self-Défense.

Il y a cependant un certains nombre de travers développés par cette pratique, qui peuvent être préjudiciables dans une situation réelle de Self-Défense. Il faut en effet replacer la pratique des boxes pieds poings dans un cadre sportif régulé. On apprend à boxer contre un autre boxeur qui s'engage à respecter les mêmes règles. Pas de sale coups (gorge, parties génitales...), d'agresseurs multiples ou armés. L'espace de combat est clos et sécurisé. On est donc dans un contexte très différent de la rue !

On peut ainsi développer des réflexes qui peuvent être souvent bons mais parfois désastreux dans une situation réelle, le risque majeur étant selon moi de se complaire dans un échange de frappes comme à l'entraînement et d'en oublier la gestion de tous les autres paramètres (alerte, fuite, gestion de l'effet tunnel...).

 

Il existe cependant aujourd'hui un concept très intéressant développé par Robert Paturel et Eric Quéquet, deux pointures de la Self-Défense en France : la Boxe de rue. C'est un amalgame de techniques de boxe (et aussi d'arts martiaux) adaptées au contexte d'un combat de rue.

 

 

 

 

Un concept très intéressant... à suivre absolument !

(Nous vous recommandons chaudement les deux DVD produits par Indépendance prod  !)

 

Voir les commentaires

Rédigé par self-defense-besancon.over-blog.com

Repost 0

Publié le 8 Décembre 2012

Article publié par Stéphane

 

Guillaume Morel, auteur du livre et du site internet "Protégor" a récemment lancé une consultation à destination des internautes qui fréquentent son blog en leur demandant de formaliser leurs 9 règles essentielles de Self-Défense. Il a également posé la question à 9 experts tels que Richard Douïeb ou Franck Ropers. Cette consultation a donné naissance à un petit guide gratuit "Tao of protegor" (que vous pouvez télécharger ici : http://www.protegor.net/blog/2012/11/tao-of-protegor-principes-de-self-defense/).

 

Guillaume Morel a extrait des réponses des internautes 157 "règles" classées par familles. Comme il le précise dans son introduction, la consultation étant "internationale" certaines "règles" ne respectent pas le cadre légal français.

 

Je vais en profiter également pour vous livrer mes règles essentielles. C'est toujours très arbitraire et réducteur de résumer sa philosophie à 5, 9 ou même 20 règles mais cela permet de dégager des priorités.


Voici donc ma "Voie" de la Self-Défense urbaine :

1 - Développez votre vigilance. Etre attentif à son environnement, faire preuve de prudence et de bon sens permet d'éviter de nombreuses situations à risques !

2 - En cas d'altercation verbale, d'insultes, de comportement agressif, adoptez immédiatement une garde passive et gardez une distance de sécurité, restez calme, courtois, ne rentrez pas dans le jeu de l'agresseur, scannez votre environnement pour éviter d'être surpris par un complice et essayez de sortir de l'échange rapidement.

3 - Si vous devez vous défendre vous n'aurez pas le temps d'analyser l'attaque de votre agresseur avant de décider comment contre attaquer. Il faut donc que vous ayez dès le début de l'altercation une ligne de conduite à appliquer au premier signal d'agression physique (lancer un coup de pied aux parties, protéger la tête et frapper avec ses coudes, lancer ses clés au visage de l'agresseur... par exemple).

4 - Battez-vous en dernier recours mais alors engagez-vous dans le combat à 200 % tant physiquement que psychologiquement, soyez prêts à prendre des coups et ne perdez pas de vue votre objectif : fuir ! 

5 - La priorité est de bien protéger ses zones sensibles : rien ne sert de donner un coup si on en prend 10 en retour !

6 - Bougez constamment : ne soyez pas une cible fixe !

7 - N'hésitez pas à griffer, mordre, crier : ne soyez pas une cible passive !

8 - Utilisez vos zones dures pour frapper les zones molles et les points sensibles de l'agresseur et enchaînez les frappes (au moins 3 à 5).

9 - Partez du principe que votre agresseur n'est jamais seul et qu'il est sans doute armé.

10 - Gérez vos émotions, respirez profondemment, restez calme mais si vous sentez la peur vous envahir alors que vous devez vous battre, transformez-là en colère... tout en évitant de suréagir !

11 - Utilisez intelligemment votre environnement et les objets à votre portée.

12 - Dès que vous avez pu vous extraire de l'agression, vérifiez votre état physique (surtout en cas d'agression à l'arme blanche) appelez immédiatement des secours, déposez plainte auprès des services de Police et n'hésitez pas à faire appel à des professionnels pour vous aider à gérer les conséquences psychologique de l'agression.

 

Il faut aussi ajouter qu'il peut parfois être nécessaire de frapper le premier pour avoir une chance de se sortir de certaines situations. Il faut bien en mesurer les conséquences parce qu'on sort alors du cadre français de la légitime défense... mais si il y a un faisceau d'indices objectifs qui vous permet de penser avec quasi-certitude que vous allez être agressé physiquement, c'est un risque qu'il faut parfois courir.

Enfin gardez à l'esprit qu'en cas de menace armée, si votre agresseur en veut uniquement à vos biens, cédez ! Une carte bleue ou une voiture ne valent pas un coup de couteau... à vous de savoir quelle valeur vous donnez à votre vie !

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par self-defense-besancon.over-blog.com

Repost 0

Publié le 22 Novembre 2012

Article publié par Stéphane

 

Une des recommandations que je répète inlassablement dans les cours et les stages que je dirige est la nécessité de développer sa vigilance. Un état de vigilance adapté, de la prudence et du bon sens permettent d'éviter beaucoup de problèmes !

 

Il est (relativement) facile d'apprendre à se défendre sur une attaque dans le cadre du Dojo ou de la salle d'entraînement lorsque l'attaque est définie d'avance et que l'on a affaire à un partenaire conciliant (il n'a pas spécialement envie de prendre des coups !). C'est une phase d'apprentissage incontournable. Cela devient déjà beaucoup plus complexe à gérer dès lors que l'attaque n'est pas définie d'avance, que l'attaquant résiste ou enchaîne les attaques, ou que l'on fait face à plusieurs attaquants (phase de perfectionnement pour les pratiquants confirmés).

 

La réalité d'une agression est encore différente : on est généralement très surpris, les émotions prennent facilement le dessus (peur, stress...), c'est un système chaotique donc difficilement prévisible et la relation imposée par le (ou les) agresseur(s) est forcément asymétrique (on est donc en position de faiblesse physique ou psychologique). Les connaissances théoriques et pratiques dispensées en Self-Défense permettent déjà d'éviter bien des situations à risque mais seul un entraînement régulier permet de se préparer à une action de défense physique (combat). La difficulté de l'entraînement étant qu'il est impossible de reproduire les conditions de stress et de surprise de la rue, les obligations de sécurité étant prioritaires.

 

De plus, il faut garder à l'esprit que les pratiquants de Self-Défense sont des gens «  normaux », pas des paras commandos ! Il y a donc des notions de plaisir et de jeu essentiels à développer à l'entraînement pour que celui-ci reste « agréable » et que les élèves puissent s'inscrire dans une pratique régulière, indispensable pour développer de vraies compétences.

 

Mais quelles que soit les conditions d'entraînement, seul un travail personnel quotidien de développement de la vigilance peut permettre d'anticiper certaines situations « extrêmes ».

 

La police britannique vient de lancer un appel à témoins suite à l'agression très violente d'une jeune femme de 16 ans, sans aucune raison apparente. Elle a diffusé une vidéo de l'agression prise par une caméra de sécurité.

Attention ces images sont particulièrement choquantes !

 

 

 

L'agression est extrêmement soudaine et violente. Il s'agit probablement d'un règlement de comptes, l'agresseur attendait sa victime devant chez elle et l'a suivie sur 500 m avant de la frapper. On a affaire à un comportement de prédation et à une attaque motivée par la seule violence qui sont extrêmement difficiles à anticiper et à gérer !

Heureusement la victime a pu rentrer chez elle après une journée de tests médicaux. Il faut préciser que les situations de ce type sont rares, la majeure partie des agressions étant motivées par un objectif « matériel » (vol) ou étant la conséquence d'une altercation verbale (donc plus facilement anticipable).

 

Il faut donc, dès que l'on est dans un espace public, se mettre automatiquement dans un état de vigilance accrue, développer sa vision périphérique et avoir une conscience affinée de son environnement : ouvrir les angles pour éviter d'être surpris, surveiller ses arrières (se servir des vitrines et des surfaces réfléchissantes pour contrôler ce qui se passe derrière soi)... Il ne s'agit pas de devenir parano mais juste de développer un état de conscience "vigilant". Je fais souvent l'analogie avec la conduite automobile : lorsque l'on conduit on est forcément attentif à son environnement (on surveille la voiture de devant, celle de derrière, le comportement des piétons, on anticipe pour freiner à temps...), et cela devient quelque chose de parfaitement naturel ! C'est ce naturel qu'il faut développer.

Et si il y a un doute, n'hésitez pas à écouter votre présentiment, retournez-vous, réfugiez-vous dans une boutique, préparez vos clés pour être prêt à vous en servir pour vous défendre en cas de besoin... il vaut mieux être sur ses gardes inutilement que de subir ce genre de situations !


 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par self-defense-besancon.over-blog.com

Repost 0